LinkedIn n’en finit plus au rayon nouveautés et lance progressivement une nouvelle fonctionnalité qui ravira de nombreux community managers : la possibilité d’envoyer des invitations à aimer une page entreprise. Alors, doit-on se ruer dessus lorsque l’on est marketeur ? Comment l’utiliser ? Peut-on hacker cette nouvelle fonctionnalité ? Réponses et analyse dans cet article.

1/ Comment utiliser la fonctionnalité d’invitation des contacts LinkedIn à suivre une entreprise ?

La nouvelle fonctionnalité a été déployée sur une majorité des comptes LinkedIn et accessible pour les administrateurs de pages entreprises.

Cette fonctionnalité a pour objectif d’élargir l’audience de la page en invitant directement ses relations de 1er niveau.

Pour cela, il suffit d’aller sur sa page entreprise sur “Outils d’administration” puis sur “Inviter des relations” :

Une fenêtre pop-up s’ouvrira alors, listant tous vos contacts et vous permettant de leur envoyer une invitation à suivre la page entreprise :


Vous recevrez une notification de ce genre dans “réseau”, avec le nom de la personne ayant envoyé l’invitation :

Ici, il s’agit d’un client que je connais bien qui m’invite à suivre sa page. Bien entendu je vais accepter l’invitation.

Moi-même, j’ai testé la fonctionnalité en l’envoyant à quelques dizaines de relations proches. Le résultat fut très probant puisque nous avons reçu 4 fois plus de suivis qu’une semaine classique.

2/ Comment hacker l’invitation à suivre les pages entreprises sur LinkedIn ?

Comme pour chaque nouvelle fonctionnalité offerte sur un réseau social, de nombreux cerveaux en ébullition vont chercher à gagner du temps et démultiplier l’impact.

Nous avons donc repéré sur le site GrowthHacking.fr un morceau de code permettant d’envoyer l’invitation par tranches de 200-300 contacts :

Code pour hacker l’invitation à aimer une page entreprise sur LinkedIn
L’auteur se targue d’avoir récolté 2300 suivis sur 19000 contacts, soit 12% environ. Pas mal me diriez-vous ? En effet. Mais l’histoire ne nous dit pas ce qu’ont pensé les 16700 autres…

3/ Petit tutoriel pour devenir un serial-spammeur en 2 clics

Quel est le problème avec cette nouvelle fonctionnalité ? Tout le monde s’est rué dessus ! À tel point que de nombreuses voix se sont faites entendre ici, ici ou encore ici.

Comme le dit si bien Lionel Clement : il vaut mieux être patient et ne pas “griller ses cartouches” !

Julien Pibourret pointe du doigt un vrai problème : l’audience LinkedIn est une “vanity metric” souvent utilisée pour flatter l’égo du marketeur.

Quand on regarde dans le rétroviseur des pages Facebook, nous devons anticiper un probable changement d’algorithme… Ce ne sera alors pas la taille de l’audience qui compte, mais bien l’engagement avec les publications !

Pourquoi Facebook avait fait cela ? Pour pousser les entreprises à encore plus payer. Il s’agit donc bien d’une stratégie de monétisation.

Nous sommes sur LinkedIn pour être en relation avec des personnes, et non des entreprises. Inviter quelqu’un à aimer une page entreprise, c’est un peu le même type de spam que de recevoir une invitation de contact venant d’une personne que l’on ne connait pas, sans message d’introduction : c’est impersonnel et on passe !

Notre avis en conclusion :

Ne vous ruez pas vers cette fonctionnalité, soyez patients ! Au risque de passer pour un spammeur.
N’envoyez des invitations qu’à des gens que vous connaissez et qui ont un réel intérêt à aimer la page.
Préférez l’intégration d’un bouton de suivi directement dans vos contenus ou vos newsletters.
Engagez votre énergie à constituer une base d’emails, pour ne pas être dépendant de tous ces réseaux sociaux ! (comme l’avait conseillé Rand Fishkin lors de sa conférence à IMF) Centralisez et contrôlez ainsi tous vos contacts et contenus pour capitaliser dessus sur le long terme, c’est la proposition de valeur d’un logiciel de marketing automation B2B !

UPDATE DU 5 JUILLET 2019 :

La fonctionnalité aura eu une durée de vie très courte puisqu’elle vient d’être désactivée ! Il s’agit bien d’une preuve qu’il y a eu des abus et qu’elle représentait un réel risque d’agacement des utilisateurs. Le bouton de suivi quant à lui existe toujours…

Benoît Collet

Benoît Collet

Growth Marketeur chez Plezi, il est toujours à la recherche de nouvelles tactiques d'acquisitions et de nouveaux outils.

luctus dictum nunc vel, elementum commodo justo risus. sed sem,