En tant que marketeurs, on prend le temps de rédiger des articles optimisés pour le SEO dans le but de nous rendre visibles auprès de nos prospects. En effet, lorsqu’un internaute parcourt son fil d’actualité LinkedIn ou une newsletter, plusieurs idées de contenus lui sont présentées, et le titre est alors la seule chose qui va le pousser ou non à cliquer sur l’un d’entre eux. C’est la raison pour laquelle il est normal et nécessaire de passer un peu de temps dessus !

Il est très important d’écrire des titres qui claquent, des titres qui vont faire cliquer les visiteurs sur nos articles plutôt que sur ceux des autres. N’oubliez pas qu’il y a énormément de concurrence en création de contenu sur le Web, il faut donc se démarquer avec des titres impactants.

Si on les néglige, nos articles seront invisibles et on perdra une occasion de générer du trafic et de convertir des visiteurs, même si notre contenu est pertinent. Autrement dit, si le titre n’est pas suffisamment convaincant pour inciter nos visiteurs à poursuivre leur lecture, tous les efforts que nous aurons déployés pour la rédaction auront été vains !

Alors, quelle est la formule magique pour trouver un titre accrocheur ? On vous donne toutes nos astuces.

Sommaire : 

1. 5 conseils pour écrire un titre accrocheur

1.1 Décrire le contenu et tenir sa promesse

Quand il en lit le titre, notre lecteur doit pouvoir se faire une idée de ce qu’il va trouver dans notre article. Il faut s’assurer d’apporter une valeur ajoutée à notre public cible et de tenir toutes les promesses qu’on fait dans le titre. Il n’y a rien de mal à faire une promesse aux lecteurs… tant qu’on la tient !

Attention aux fausses promesses et aux titres mensongers : lorsque nos titres sont trop prometteurs, nous risquons de tromper nos lecteurs et trahir leur confiance. Ainsi, on peut inintentionnellement créer un sentiment de frustration chez eux.

Le titre est une promesse, et comme toute promesse, il faut qu’elle soit tenue. Ne formulez donc que celles que vous pouvez tenir.

Exemple de titre qui met en avant une promesse :

  • 9 astuces pour augmenter le nombre d’inscrits à votre newsletter
  • Marketing automation : tout savoir sur les workflows (et comment bien commencer)
  • Créer une infographie en 6 étapes

1.2 Privilégier un titre court

Pour s’adapter aux lecteurs

La longueur du titre est un autre facteur qui aide les internautes à décider s’ils veulent lire notre contenu. Ceux-ci sont pressés, ils n’ont que quelques secondes d’attention à accorder à notre titre. Aussi, il faut éviter les titres trop longs : pas plus d’une ligne, sinon les lecteurs risquent de se désintéresser ou d’avoir du mal à comprendre ce qu’ils s’apprêtent à lire. Nos titres doivent retenir l’attention tout de suite et être impactants.

Mais attention, car à l’inverse, le risque de faire trop court est bien présent. Il faut veiller à tout de même apporter suffisamment d’informations à notre cible sur le contenu de l’article.

On vous conseille donc d’utiliser des mots simples et courts et d’éviter le jargon trop technique ou les jeux de mots, qui ont tendance à poser problème : il faut que le lecteur comprenne rapidement les termes employés !

Pour le SEO

Pour nous assurer que nos contenus soient rendus visibles par les moteurs de recherche, on doit travailler les titres en pensant SEO. Si l’on ne prend pas en compte les critères de référencement de Google, l’article sera mal positionné dans les résultats. Malheureusement, notre cible n’aura même pas le temps de le trouver engageant, car elle ne risque pas de tomber dessus ! Vous ne tirerez donc aucun bénéfice de toute cette démarche.

La longueur optimale d’un titre dépendra des objectifs que vous fixez à votre contenu.

  • Si on écrit un article dont la vocation est de figurer en première page des résultats de recherche.
  • En revanche, si on vise plutôt la viralité sur les réseaux sociaux, on optera davantage pour des titres de 8 à 12 mots pour Twitter et jusqu’à 15 mots pour Facebook.he, alors il vaut mieux privilégier un titre qui n’excédera pas les 70 caractères. Ainsi, il apparaîtra dans son intégralité sur les moteurs de re

Exemple d’un titre court et efficace : “Comment créer un cas client efficace ?”

Il s’agit d’un titre très simple ; comme quoi on n’a pas besoin de faire compliqué ! Il répond directement au besoin de notre cible. Avec une bonne optimisation SEO du titre de l’article, on peut arriver en première position sur Google, comme c’est le cas pour Plezi :

Exemple d'un titre efficace sur une page de recherche Google

 

1.3 Interpeller le lecteur

Quand on fait le brief de son contenu, on se pose les questions suivantes :

  • Que cherche le lecteur quand il tape sa recherche dans Google ?
  • Quelle est la problématique qu’il veut résoudre ?
  • Quel est son objectif ?

On crée notre article en ayant ces éléments en tête. Notre titre doit donc montrer ce que le lecteur a à gagner, il doit “vendre” notre contenu ! C’est de cette manière que nous réussirons à interpeller le lecteur et générer ainsi du trafic. Un exemple ?

Analysons le titre de notre article sur le reporting marketing. On sait que la problématique principale de notre lectorat est le caractère compliqué de cette démarche, qui peut faire peur. Pour cette raison, on a choisi ce titre : Reporting marketing : le guide complet pour créer des rapports facilement (et un modèle gratuit)

  • “Reporting marketing” : on commence par le mot-clé, ce qui nous permet de faire d’une pierre deux coups. D’un côté, on se situe correctement niveau SEO et de l’autre, le lecteur sait en un coup d’œil que l’article traite du sujet qui l’intéresse, il se sent concerné et envisage de lire la suite.
  • “Guide complet” : élément de réassurance, le lecteur sait qu’il va être guidé de A à Z, étape par étape ;
  • “Pour créer des rapports” : le lecteur comprend qu’on va lui permettre d’atteindre son objectif ;
  • “facilement” : élément de réassurance, on répond à son point de douleur.

1.4 S’assurer que le titre contient le mot-clé principal de notre article

Le succès de notre article dépendra de l’utilisation de mots-clés pertinents dans notre titre. Sans eux – ou au moins l’un d’entre eux, vous pouvez dire adieu au trafic et à tous les autres bénéfices de votre contenu. Vous n’êtes pas sans savoir que quand on rédige, on veut se positionner sur une requête, c’est-à-dire un mot-clé.

Comment le ou les choisir ? En vérifiant le volume de recherche du mot-clé que l’on vise pour être sûrs de la pertinence de de ce contenu pour notre cible. Après avoir optimisé notre article pour le SEO, il est indispensable d’ajouter ce mot-clé au titre de l’article ! Si c’est possible, mieux vaut le mettre au début pour plus d’efficacité.

Attention ! N’abusez pas des mots-clés, les moteurs de recherche n’aiment pas cela, ça peut aller jusqu’à nuire à votre positionnement. Non seulement l’utilisation excessive de mots-clés affecte votre placement dans les moteurs de recherche, mais elle peut aussi donner à votre titre un aspect de spam et de confusion… et ce n’est certainement pas ce que vous cherchez à communiquer à votre prospect, n’est-ce pas ?

1.5 Viser l’émotion juste

Les lecteurs ont déjà saisi les mots-clés du sujet qui les intéresse. Souvent, cette recherche n’est autre que la solution à un problème qu’ils rencontrent. Une liste de résultats se présente à eux sur Google. Qu’est-ce qui fera la différence ? C’est une autre raison pour laquelle notre titre est si important et doit être construit de manière à se démarquer du reste des titres sur le Web.

Utiliser les émotions en B2B est indispensable.

Qu’est-ce qu’un titre sinon un call-to-action qui dirait « Cliquez ici » en des termes mieux choisis ? Si l’on part de ce postulat, un titre accrocheur devrait partager les mêmes attributs qu’un CTA efficace. Le « Cliquez ici » est implicite mais nous pouvons utiliser les mêmes leviers émotionnels pour inciter à l’action :

  • La curiosité : l’éducation est l’un des principaux domaines où celle-ci joue un rôle essentiel. Or, les articles de blog sont des contenus éducatifs : beaucoup de lecteurs sont des autodidactes qui comptent sur ces contenus rédactionnels pour en apprendre tous les jours davantage. Aussi, jouer la carte de la curiosité a de très belles retombées en marketing. Pensez notamment au taux d’ouverture des emails !
  • Le gain attendu : nous écrivons un titre qui donnera à l’internaute une idée de ce qu’il pourrait gagner à la lecture du contenu. Par exemple : « Comment écrire des titres qui augmenteront vos taux de clic de 30% ? » (ici, c’est un combo « comment ? » + adresse personnelle + chiffre + appât du gain)
  • L’identification : on voudrait tous ressembler aux meilleurs experts de notre domaine et, pour y parvenir, nous aimerions connaître et imiter leurs petits secrets. Et si on publiait un article intitulé : « 5 exemples de titres accrocheurs inspirés des meilleurs… » ?

2. 5 exemples de titres engageants

2.1 Le titre comportant un chiffre

En règle générale, les articles sous forme de liste sont très appréciés car ils sont faciles et rapides à lire. Mais alors, si on annonce dès le titre le nombre d’éléments qu’il y aura dans cette liste, c’est jackpot !

Dans un tel cas, les chiffres apportent du concret, car ils sont porteurs d’une information supplémentaire. C’est comme si nous disions au lecteur : ‘Pas de panique, ça va aller vite, il n’y a que 5 (ou 10) points à parcourir.’ C’est ce qui fait des articles avec un tel titre des contenus très performants. C’est pour ces raisons que chez Plezi, on utilise très souvent ce genre de titres.

Quelques exemples de titres qui utilisent un chiffre :

  • 12 conseils pour créer de bons formulaires B2B
  • Content Marketing : 12 idées d’articles à créer pour votre blog B2B
  • 9 astuces pour augmenter le nombre d’inscrits à votre newsletter

2.2 Le titre sous forme de question

Les chiffres, c’est puissant, mais on ne peut pas se contenter uniquement de titres chiffrés.

Un des objectifs du blog B2B est d’aider nos prospects à répondre à leurs problématiques. Le titre sous forme de question est donc une bonne idée, car on annonce ainsi directement à nos prospects que l’on est sur le point de d’apporter une réponse à leur problème. Nous leur montrons que nous les comprenons et que nous avons de l’expérience dans leur point de douleur. Ils sont assurés de trouver ce qu’ils cherchent.

De plus, c’est une technique gagnante en termes de référencement naturel : de plus en plus, les internautes ont tendance à poser leurs questions telles quelles sur le moteur de recherche. Un titre sous forme de question est un excellent moyen d’être bien référencé !

Quelques exemples :

  • Comment rédiger un bon objet d’email pour obtenir un maximum d’ouvertures ?
  • Marketing automation : quel est le meilleur moment pour mettre en place un outil ?
  • Qu’est-ce qu’un lead B2B ?

2.3 Le titre s’adressant directement au lecteur

Lorsque nous rédigeons un titre, nous pensons à ceux que l’on essaie d’atteindre et n’avons pas peur de les interpeller. Les lecteurs se sentent visés, impliqués, ce qui les rend plus susceptibles de cliquer sur l’article.

Quelques exemples :

  • Marketeurs, arrêtez de prédire l’imprévisible !
  • Commerciaux : 12 outils indispensables pour améliorer votre efficacité
  • Dirigeants de PME : comment augmenter l’efficacité de vos commerciaux grâce au marketing digital ?

2.4 Le titre sous forme de témoignage

Vous connaissez l’argument d’autorité ? Parce que le titre n’est autre qu’un argument pour persuader nos prospects de cliquer. Et le type d’argument dont il s’agit ici, c’est l’argument d’autorité.

La rhétorique veut que, quand on cite quelqu’un qui exerce une certaine autorité dans un domaine spécifique, ça ajoute du poids, de la crédibilité à l’argumentation. Alors si l’on décide de faire intervenir un expert dans le secteur d’activité de votre prospect, ce dernier pourrait bien se laisser convaincre de cliquer sur son témoignage. Et là, on tient notre trafic !

Enfin, on est tous friands de retours d’expérience, ça ajoute de la valeur à notre contenu, donc il ne faut pas hésiter à le mettre en avant directement dans le titre.

Quelques exemples :

  • Comment Lemonway a triplé sa génération de leads en 6 mois avec Plezi ?
  • Les conseils de Deepki pour mettre l’inbound à profil quand vos autres canaux sont à zéro

2.5 Le titre contenant un mot fort

Pour jouer sur les émotions encore une fois, il y a des mots qui ont plus de poids que d’autres et il est très utile de les utiliser dans des titres pour faire ressentir différentes émotions : l’urgence, l’exclusivité, la confiance, l’envie, etc.

Les mots forts peuvent transformer un titre ennuyeux et stérile en un levier que votre public cible ne peut s’empêcher d’activer. En effet, ils ont un impact considérable, semblable à celui provoqué par la présence de chiffres dans le titre, sauf qu’ils déclenchent également automatiquement une réponse émotionnelle.

Quelques exemples :

  • 8 types de contenus essentiels pour votre content marketing
  • 11 conseils imparables pour optimiser une campagne emailing
  • Vanity Metrics : pourquoi et comment les éviter à tout prix !

Vous avez maintenant toutes les cartes en main pour écrire des titres accrocheurs qui donneront envie de cliquer sur vos articles !

Et vous ? Combien de temps consacrez-vous à vos titres lorsque vous rédigez pour votre blog ? Avez-vous d’autres astuces pour créer des titres attirant du trafic ? Quelle méthode utilisez-vous ? N’hésitez pas à les partager en commentaire 🙂

Bonne chance !

Adeline Lemercier

Adeline Lemercier

Après avoir fait ses classes chez Sage, Adeline est maintenant notre directrice marketing !