En marketing, on programme l’envoi de nombreuses campagnes emailing, sur lesquelles on passe du temps. Il serait dommage que tout le travail que vous avez fourni pour élaborer vos emails soit perdu, mais c’est exactement ce qui se passe lorsqu’ils finissent dans le dossier spam d’un destinataire. Et, soyons honnêtes, c’est quand la dernière fois que vous avez checké votre boite spam ?

Le spamming est une technique d’envoi de mails à but publicitaire ou frauduleux à des personnes qui ne l’ont pas demandé. Les algorithmes de Google, Yahoo ou encore Microsoft mettent tout en place pour empêcher ce genre de messages d’arriver jusqu’à leurs destinataires.

Les spam words sont des termes ou des phrases que les fournisseurs de services de messagerie considèrent comme des signaux d’alarme, leur permettant de faire basculer votre email dans le fameux dossier spam. Aujourd’hui, le nombre de “spam words” a explosé, et les méthodes pour les détecter sont de plus en plus perfectionnées. Il est donc nécessaire de se tenir régulièrement informé si l’on veut les éviter tous !

Après vous avoir donné nos meilleurs conseils pour rédiger un bon objet d’email, on vous explique maintenant comment ces spam words sont repérés dans nos emails et on vous dresse la liste de ceux à éviter au maximum en 2021.

1. Comment sont détectés les spam words ?

Selon Optinmonster, près d’un courrier électronique sur cinq est intercepté par un filtre anti-spam et envoyé dans ce dossier tant redouté. Alors pour éviter de finir parmi les courriers indésirables, il est important de comprendre comment sont détectés les spam words.

Dans un premier temps, les filtres anti-spam, plus rigoureux que jamais, vérifient une multitude de signaux d’alarme dont :

  • les spam words ;
  • les liens vers des sites web douteux ;
  • les messages en majuscules ;
  • les polices ;
  • la répétition excessive d’un mot ;
  • un code HTML cassé ;
  • les emails sans option de désabonnement.

Toutefois, ces intelligences artificielles prennent aussi d’autres critères en compte pour détecter les spams – critères qui peuvent jouer en votre faveur.

  • Le contexte : S’il y a déjà eu échange entre l’expéditeur et le destinataire, les algorithmes analysent différemment l’email. Google, Microsoft et Yahoo font tout pour que les filtres anti-spam de leurs programmes de messagerie électronique n’interceptent pas les courriers électroniques provenant des personnes figurant dans nos contacts.
  • L’expéditeur : Si l’email a été envoyé par une adresse ayant une certaine autorité (un site web reconnu), il aura beaucoup moins de chances de se retrouver classé en spam. Par exemple, si l’expéditeur a un faible taux de rebond, cela confirme son autorité.

Dans les cas cités ci-dessus, vous pouvez utiliser un ou deux des termes et expressions dans leur contexte, si vous le faites judicieusement.

2. La liste des spam words à éviter

Il existe plusieurs types de spam words. On a sélectionné pour vous les plus pertinents pour le B2B.

2.1 Les affirmations et les promesses exagérées (promos et gratuité)

  • Gratuit
  • 100% gratuit
  • Remboursé
  • Cadeau
  • Appel gratuit
  • Pas de frais
  • Inscription gratuite
  • Essai gratuit
  • Accès gratuit
  • Gratuitement
  • Réduction
  • Rabais
  • Meilleur prix
  • Promotion
  • Promotion spéciale
  • Offre spéciale
  • Comparer les prix
  • Pour seulement
  • Pas cher
  • Abordable
  • Coût
  • Coupon
  • 50%

2.2 Le sentiment d’urgence et de pression

  • Faites vite
  • Urgent !
  • Profitez maintenant
  • offre limitée
  • dès maintenant
  • dès aujourd’hui
  • N’hésitez plus
  • Appelez maintenant
  • expire
  • temps limité
  • durée limitée
  • quantités limitées
  • rupture de stock

2.3 Un comportement suspect ou qui sous-entend un gain

  • Vous avez gagné
  • Bravo !
  • Ouvrez pour découvrir votre cadeau
  • Cadeau exceptionnel
  • Gagnant
  • Vous avez été choisi
  • Félicitations !
  • Récompense
  • Pour vous seulement
  • Garanti
  • 100% garanti
  • 100% sûr
  • Certifié
  • Sans risque
  • Deal incroyable
  • Bonus
  • Bonne affaire
  • Vu à la TV
  • Deal
  • Ça fonctionne
  • Satisfaction garantie
  • Pas d’arnaque
  • Pas un spam
  • Identité
  • Mot de passe
  • Pas de coûts cachés
  • Aucun risque

2.4 Le vocabulaire trop spécifique à l’argent, souvent synonyme d’arnaque

  • Cash
  • Money
  • Facile
  • Argent rapide
  • Gagner de l’argent
  • Revenu supplémentaire
  • Bénéfice
  • Millions de dollars
  • Economiser
  • Meilleur prix
  • Euros
  • Profits
  • Gains
  • Votre propre patron
  • Carte de crédit
  • Carte bancaire
  • Investissement
  • Faillite
  • Revenu
  • Salaire
  • Taux d’intérêt
  • Assurance
  • Sortir des dettes
  • Remboursement
  • Remboursement intégral
  • Chèque
  • Virement bancaire
  • Débit
  • Hypothèque
  • Paypal
  • Prime
  • Rendement
  • Visa
  • Mastercard

2.5 Le vocabulaire trop spécifique à la vente et au marketing

  • Ventes
  • Soldes
  • Augmentez vos ventes
  • Augmentez votre trafic
  • Cliquez ici
  • Commande
  • Plus de ventes
  • Chiffre d’affaires
  • Marketing
  • Acheter
  • Augmentez

3. Exemples d’emails spam

Exemple d'un email de spam contenant une invitation à un événement B2B

 

Voici un email qui figurait dans la catégorie « spam » de ma boîte de réception professionnelle. La raison de cette sanction ? L’objet contient les mots « invitation personnelle » … Et oui, c’est tout ! C’est dommage pour l’expéditeur, car le reste de l’email est une invitation classique à un événement B2B. Cet exemple nous prouve qu’il faut être très attentif aux termes que l’on emploie, car deux mots seulement suffissent à nous catégoriser comme spam.

 

Exemple d'un email catégorisé comme spam à cause des mots contenus dans son objet

 

L’email ci-dessus est un bon exemple de ce qu’il faut éviter de faire : cumuler de nombreux spam-words dans un seul objet. Ici, on peut lire « tendances incontournables » (deux mots qui se rapprochent de l’univers de la publicité et de l’exagération) ainsi que « booster vos performances« , qui renvoie au gain de croissance et peut être synonyme d’arnaque pour les robots chargés de détecter les spam.

Bien qu’aucun de ces mots ne soit un « grave » spam-word comme « gratuit » ou « cadeau », l’accumulation des termes a alerté les filtres anti-spam et pénalisé l’email.

4. Nos conseils pour éviter de finir en spam

4.1 Éviter de shooter trop d’emails

Envoyer plusieurs messages par semaine, c’est multiplier les chances que le contact laisse le mail dans sa boîte de réception sans l’ouvrir.

Or, lorsque Gmail constate que les emails d’un expéditeur particulier présentent systématiquement un faible taux d’ouverture ou de clics, il en déduit que quelque chose ne tourne pas rond dans les mails envoyés. Il est certain qu’un plus grand nombre de personnes ouvriraient et cliqueraient sur les liens d’un courriel légitime fournissant des informations utiles, non ?

En plus de risquer le spam, on perd en qualité et on risque de lasser nos prospects.

4.2 Nettoyer régulièrement sa base

Quelle que soit l’ampleur de notre base de contacts, à partir d’un certain nombre d’abonnés qui ne réagissent pas à nos mails, notre taux d’ouverture baisse forcément.

Conséquence : cela attribue un mauvais Sender Score à notre adresse IP. L’impact de notre réputation d’expéditeur sur la délivrabilité de nos emails est énorme, puisque tous les mails sortant depuis notre adresse IP risquent d’être marqués comme indésirables – et ce même sans spam words !

Pour éviter les filtres anti-spam, il est donc essentiel de maintenir une bonne hygiène de notre liste de contacts.

C’est d’autant plus vrai dans un contexte B2B, où il suffit du départ d’une personne en entreprise pour que son adresse email devienne obsolète. Il est donc important de surveiller et nettoyer les contacts inactifs de notre base de données et les hard bounce (adresses email erronées, plus d’actualité) régulièrement.

4.3 Personnaliser ses emails pour plus d’engagement

Vous l’avez compris : pour espérer obtenir un bon Sender Score, il faut investir dans votre taux d’ouverture. Mais comment faire ?

La clé, c’est l’engagement. En rendant vos emails plus engageants, vous obtiendrez de vos destinataires qu’ils répondent présents et ouvrent le prochain email que vous lui enverrez. Cela améliorera votre réputation et, par extension, sa délivrabilité.

Pour engager vos prospects :

  • Rédiger un objet attrayant ;
  • Bien segmenter sa base ;
  • Personnaliser au maximum ses messages : dans cet objectif, un outil de marketing automation peut vous aider à personnaliser vos envois à grande échelle en reprenant des informations comme le prénom du destinataire et son entreprise.

4.4 Chercher des alternatives aux spam words

Pour vous assurer que votre message atteint réellement le client, voici quelques astuces pour contourner les mots interdits.

Premièrement, il est important de se demander : le spam word utilisé est-il absolument nécessaire ? Dans certains cas, le mot est superflu. Par exemple, il n’est pas nécessaire de parler de « coupon gratuit » quand vous pouvez simplement offrir un « coupon ». La plupart des coupons sont gratuits.

Ensuite, heureusement, nous avons une source inépuisable de dictionnaires à notre disposition. Or pour certains spam words, nous pouvons facilement les remplacer par des synonymes que l’on peut aller chercher sur Internet : synonymo.fr ; synonymes.com ; crisco, etc…

4.5 Intégrer les mots-clés sous forme d’image

On peut également utiliser la technique d’intégrer les mots-clés à une image dans l’email dans le but de contourner le logiciel de blocage du spam.

Cela est rendu possible parce que les images sont considérées comme un contenu “normal” du message électronique et que le logiciel de blocage du spam est principalement conçu pour le contenu texte.

Exemple : si vous devez absolument parler de gratuité, incluez l’offre dans votre image, plutôt que dans le texte.

4.6 Demander à être ajouté aux boîtes de réception

À juste titre, les algorithmes partent du principe que si un message provient d’une personne figurant dans nos contacts, il ne s’agit pas d’un spam.

Aussi, pour que nos messages arrivent à bon port, c’est une bonne idée de demander à nos abonnés de mettre nos messages sur une liste blanche en ajoutant notre adresse à leurs contacts ou à leur liste d’expéditeurs sûrs.

Pour nous assurer que tous nos emails reçoivent ce traitement, on ne doit pas, par exemple, hésiter à inclure les instructions de whitelisting dans le premier email de bienvenue envoyé lorsqu’une personne s’inscrit à notre newsletter ou nous fournit son contact.

5. Les outils pour tester la délivrabilité de ses emails

Il est important de tester nos mails avant l’envoi. Pour cela, il existe des spam tests, qui nous indiquent les chances qu’a notre mail de se retrouver dans la rubrique « Courrier indésirable ».

5.1 Mail-tester, le tester en ligne le plus populaire

Mail-tester génère une adresse électronique aléatoire chaque fois que l’on accède à l’outil en ligne. Pour tester un email, il suffit de l’envoyer à cette adresse électronique à partir de notre logiciel de newsletter/email favori. Dès que l’outil reçoit notre message, il nous donne notre score de spam sur 10.

Mail-tester analyse le message, le serveur de messagerie, l’adresse IP d’envoi… et montre un rapport détaillé de ce qui est configuré correctement et de ce qui ne l’est pas.

Tous les filtres anti-spam fonctionnent différemment. Ce qui peut passer dans le testeur de courrier, peut ne pas passer dans la boîte de réception que vous utilisez. Aussi, il n’est pas garanti à 100% que tout le monde recevra vos courriers électroniques, mais vous pouvez améliorer vos chances à partir du score donné par Mail-tester.

Page d'accueil du site Mail Tester

5.2 SpamScoreChecker, pour une analyse ultra rapide de votre délivrabilité

SpamScoreChecker est également un logiciel en ligne facile à utiliser pour tester sa délivrabilité. Il fonctionne sensiblement comme Mail-tester : après une analyse de votre message, l’outil fournit une note sur 5 permettant aux internautes de corriger les erreurs signalées dans leur email afin d’augmenter leur délivrabilité.

Si vous souscrivez à la version payante, vous pourrez recevoir des rapports par courrier électronique au format HTML et bénéficier d’un traitement prioritaire.

5.3 SendForensics, pour un accompagnement complet en termes de délivrabilité

Contrairement aux deux outils cités ci-dessus, SendForensics est un fournisseur mondial de solutions avancées en matière de délivrabilité, de conformité et de sécurité des emails. Ses domaines d’expertise sont nombreux : délivrabilité des mails, gestion de l’hygiène des listes de contacts, surveillance préventive de la distribution des mails, emailing marketing, sécurité et anti-phishing.

SendForensics vous propose un accompagnement complet avant l’expédition – optimisation du message, et après l’expédition – mesure et analyse des performances de l’email.

Bonne nouvelle : vous pouvez accéder à la version gratuite si vous désirez avoir un aperçu de ce que cette solution peut faire pour vous !

Page d'accueil du site Send Forensics

5.4 Postmark, pour vérifier le coeur de l’email

Un service similaire à nos deux premières suggestions d’outils est fourni gratuitement par Postmark : le spam checker, vous permettant de traiter le score des messages électroniques entrants ou sortants avec SpamAssassin. Vous n’avez pas besoin d’être client chez Postmark pour pouvoir y accéder.

Le principe est simple : pas besoin de se créer un compte : vous n’avez qu’à copier coller votre email pour que l’outil analyse l’intérieur de celui-ci. Difficile de faire plus efficace !

Page d'accueil du site Postmark

Maintenant que vous savez comment éviter que vos emails ne soient envoyés dans le Courrier indésirable, il est temps de mettre en pratique ce que vous avez appris. On espère que cet article vous aura donné les bons conseils qui vous aideront à prendre les mesures nécessaires, afin que vos mails aient les meilleures chances d’arriver dans la boîte de réception.

 

call to action pour télécharger le livre blanc sur pourquoi s'équiper d'une solution de marketing automation

Marie Nodet

Marie Nodet

Après avoir été pendant quelques années la community manager officielle de Plezi, Marie est maintenant content manager.