La majorité des entreprises pensent qu’en publiant un article sur leur site Web, il sera automatiquement référencé sur Google, et que par magie les visiteurs et prospects arriveront.

C’est faux.

… Dans 90% des cas. Mais c’est possible !

En effet, il existe quelques bonnes pratiques pour référencer un nouveau contenu lorsque l’on est marketeur. Mais avant cela, il est important de comprendre les bases du fonctionnement de Google.

1/ Comprendre les bases du référencement

Référencer un contenu ne se fait pas par magie. Si vous êtes le site FrenchWeb, vos nouveaux contenus seront indexés en quelques heures au plus, et s’afficheront dans les rubriques d’actualités. Vos images seules pourront même vous ramener des visiteurs directement depuis Google. Le rêve !

Mais ce n’est pas le cas de Jean Michel Lambda, responsable digital chez l’éditeur de logiciel de solutions super innovantes XYZ, ou Madame 007, consultante en transformation alpha-numérique.

Le monde du Web est impitoyable, et inégal.

Mais alors, comment fonctionne le référencement web, aussi appelé “SEO” (Search Engine Optimization) ?

  • Google envoie des robots sur un maximum de sites web.
  • Google va scanner chacun des contenus qu’il va trouver sur chacun des sites à l’aide des liens.
  • Les algorithmes analysent chaque élément des pages selon de nombreux critères (que nous listerons brièvement dans la suite de cet article).
  • Google décide sur quels mots clés la page va s’afficher.
  • La page apparaît dans les résultats de recherche.
  • L’objectif est donc d’être positionné le plus haut dans ces résultats de recherches, ou pages Google. Mais entre la publication de l’article et son référencement, il se passe beaucoup de choses, et surtout du temps.

On considère ainsi qu’un article met 3 mois à atteindre sa position optimum.

2/ Les critères de référencement, en bref

Les deux critères principaux utilisés par Google ont toujours été les mêmes et n’ont pas changé : le contenu et les liens.

Le contenu : auparavant les marketeurs ne juraient que par les mots clés, quitte à avoir un contenu imbuvable pour l’humain mais optimisé par Google. Aujourd’hui, l’objectif est bien compris : apporter de la valeur au visiteur, sans pour autant délaisser les optimisations techniques SEO.

Les liens : il s’agit de la monnaie d’échange du référencement. Lorsqu’un contenu est pertinent, on fait un lien vers lui. Plus un contenu possède de liens, plus il est important aux yeux des moteurs de recherche. Ça, c’est la version “allégée”.
Sans rentrer dans les détails, il faut noter que le nombre et l’importance des critères reste toujours aussi opaque, et évoluent en continu. Aujourd’hui, Google accorde de plus en plus d’importance à la corrélation sémantique. Autrement dit, si l’on est éditeur de logiciel dans le marketing, et que l’on écrit un article sur les ressources humaines, il aura moins de chances d’être bien référencé.

De même pour les liens : si vous demandez des liens à tous vos copains dans la restauration alors que vous êtes comptables, cela aura maintenant peu ou pas de poids pour améliorer votre référencement.

A cela s’ajoutent de multiples critères comme la performance technique du site par exemple…

3/ 8 bonnes pratiques pour référencer un nouveau contenu

Existerait-il une recette pour référencer chacun de ses nouveaux contenus rapidement et efficacement ?
La réponse est oui ! Il existe en effet des bonnes pratiques qui, appliquées à chaque contenu, permettent de multiplier par environ 5 le nombre de mots clés sur lesquels le contenu sera positionné (voir l’étude complète de Neil Patel sur le sujet – tous les résultats cités plus bas dans l’article proviennent de cette étude).

Le principe est simple : lorsque l’on publie un nouveau contenu, il faut faire comme s’il allait être vu par PERSONNE. À nous d’activer les leviers pour le rendre visible.

Voici donc les 8 bonnes pratiques, avec en prime la version imprimable au format checklist :

3.1/ Optimiser ses meta tags

Commençons par les bases : pour être bien référencé, il faudra optimiser le titre SEO et la méta description. Vous savez, il s’agit de ce que l’on voit dans un résultat de recherche :

3.2/ Optimiser l’URL

Dans la série “Simple, Basique !” voici l’URL : il s’agit de l’adresse que vous tapez dans votre barre de recherche.

Attention cependant à ne pas tomber dans les travers du référencement “à la papa” en ajoutant un maximum de mots clés : cela ne marche plus, du tout même !

Préférez une URL simple, avec uniquement le mot clé principal.

Par exemple l’URL de cet article aurait pu être “/referencer-nouveau-contenu-checklist-bonnes-pratiques-criteres-seo-fonctionnement-google/” mais au lieu de cela, nous avons choisis d’aller à l’essentiel : “/referencer-nouveau-contenu/”

Au final sur ce point, Google suit son leitmotiv : optimisez pour l’humain. Et l’humain, il préfère une URL simple.

Résultat attendu : nombre de mots clés référencés multiplié par 2.

3.3/ Soumettre son lien à Google

Le processus classique d’affichage d’une page par les moteurs de recherche est d’avoir un lien interne (depuis ses pages) ou externe (depuis un autre site) pointant vers elle. Les robots de ces moteurs vont alors arriver naturellement et décider d’indexer ou non la page dans les résultats de recherche.

Cependant, certaines pages peuvent être perdues dans un site, c’est à dire difficilement accessibles. Dans le cadre d’un site récent, les robots des moteurs de recherche peuvent également ne pas être réguliers, l’indexation pouvant prendre plusieurs semaines.

Il existe donc une alternative, un joker : utiliser la Search Console.
Pour cela il suffit de se connecter à la console, et d’aller dans “Inspection de l’URL” puis entrer l’URL dans la barre de recherche. Ensuite, cliquez sur “Demander une indexation”.

Cela va permettre de réduire considérablement le temps d’indexation du nouveau contenu. Cependant, cela ne va pas “booster” le référencement.

3.4/ Ajouter l’article au sitemap

Faire une demande d’indexation d’une page n’est pas viable pour chaque article. Il vaut mieux la garder pour la mise à jour réelle d’un article.

Pour la publication courante, il vaut mieux ajouter un sitemap à son site Web, et faire en sorte que chaque nouvel article y soit ajouté.

Cela se fait très bien sur WordPress, toujours avec l’extension Yoast SEO. Ensuite, il suffit de renseigner son sitemap sur la Search Console de Google, dans Index > Sitemaps. Ensuite, renseignez l’URL de celui-ci et cliquez sur Envoyer. Vous pourrez ainsi suivre au fur et à mesure l’indexation de vos nouveaux contenus.

3.5/ Publier sur les réseaux sociaux

Bien que les réseaux sociaux ne soient pas des critères de référencement, l’étude de Neil Patel démontre une corrélation positive entre le nombre de mots-clés sur lesquels l’article est référencé et les partages sur les réseaux sociaux.

L’effet serait plutôt indirect : exposer le contenu sur les réseaux sociaux augmente les chances de nouveaux liens. Mais au final, les partages sur les réseaux sociaux ne seraient-ils pas les liens nouvelle génération ?

Dans tous les cas, il s’agit d’une excellente routine à adopter, en publiant non pas juste sur les pages de l’entreprise, mais également sur les profils des différents collaborateurs. Nous pourrons également programmer des partages sur plusieurs semaines afin d’assurer une plus longue durée de vie à l’article (avec un outil comme Plezi par exemple).

3.6/ Créer 2 à 3 liens internes

Oui oui, bien sûr, il faut des liens vers son site. Mais ce n’est pas si facile !
Avant de partir à la recherche de liens externes, la première chose à faire est de créer des liens entre nos propres pages.
Les liens internes n’ont certes pas autant de poids que les liens externes, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne sont pas importants. Ils sont même l’un des leviers les plus important à activer en terme de SEO.

Pour cela, il suffit de tapper dans Google site: votresite.com + “mot clé”, qui vous affichera les contenus les plus importants déjà publiés sur votre site web contenant la requête.

Il n’y a plus qu’à ajouter un lien dans 2 à 3 pages, comme pour cet article de blog :

Résultat attendu : nombre de mots clés référencés multiplié par 3.

3.6/ Créer 2 à 3 liens internes

La majorité des contenus n’ont pas de lien vers eux. Souvent, les entreprises s’attardent à obtenir des liens vers leurs pages d’accueil.

Cependant, obtenir un lien vers une page en profondeur aura énormément de valeur. Essayer de capter ne serait-ce qu’un lien externe par nouvel article assurera une croissance pérenne en terme de SEO.

Pour cela, il existe plusieurs tactiques :

  • La solution très facile mais efficace = acheter des liens. Sans être dans l’excès, cela représente un levier de croissance non négligeable.
  • La solution presque facile = capitaliser sur son réseau pour obtenir des liens, on parle d’échange de lien.
  • Parler du même sujet sur d’autres sites en guest blog.
  • Chasser sur les réseaux sociaux et contacter les personnes ayant parlé du même sujet.
  • Chercher dans les moteurs de recherche ou via des outils SEO des articles parlant des mêmes sujets et demander un lien.

3.8/ Faire vivre l’article

On a toujours tendance à croire qu’un contenu ne vit qu’une fois : on le publie, on en fait la promotion puis…. le néant. Les visiteurs arrivent par magie.
En tant que marketeur, il nous appartient de faire vivre le contenu, notamment en l’ajoutant dans nos newsletters, puis l’envoyer à chacun des prospect que cela pourra intéresser (c’est typiquement ce que permet de faire Plezi).

Libre à nous également d’optimiser et de re-publier les contenus dans le futur. Nous appelons cela le “slow content”, et nous expliquons toute la démarche dans ce webinar.

En quelque sorte, on fait du neuf avec du vieux. C’est un peu le développement durable du référencement Web.

L’étude de Neil Patel démontre que le fait de cumuler l’intégralité de ces bonnes pratiques à la publication d’un nouveau contenu multiplierait par 5 le nombre de mots-clés sur lesquels ces contenus seraient référencés sous 30 à 60 jours.
Pour être sûr de ne pas les oublier, nous vous avons donc publié une checklist à imprimer sur votre bureau :

 

Benoît Collet

Benoît Collet

Trafic & Growth Manager chez Plezi, il est toujours à la recherche de nouvelles tactiques d'acquisitions et de nouveaux outils.