Lancer une newsletter -et concevoir le formulaire d’inscription associé- est une des premières choses que l’on met en place en tant que marketeurs. Pourtant, au moment de remplir notre formulaire, beaucoup de nos leads abandonnent. Quel dommage ! Un moment aussi crucial dans l’expérience de nos lecteurs mérite d’être bien travaillé. La question se pose, alors : comment faire en sorte que les visiteurs de notre site s’inscrivent à notre newsletter…. sans que leur expérience de lecture soit impactée ? 

Chez plezi, on ne croit pas trop au nombre d’inscrits à notre newsletter. Le plus important, pour nous, est de créer de l’engagement : on préfère avoir 100 abonnés motivés et qui trouvent exactement chaussure à leur pied plutôt que 1000 abonnés pas forcément enthousiastes. Voici tous nos conseils pour faire en sorte que les bons visiteurs s’inscrivent à votre newsletter… pour privilégier qualité à quantité. 

1. Bien exposer ce que nos visiteurs gagnent à s’inscrire

C’est la première question à se poser : qu’est ce que l’on offre à nos abonnés ? C’est en démontrant notre valeur ajoutée que nous avons le plus de chances de faire mouche. Cette promesse doit avant tout être sincère : rien de pire pour un lecteur que de se voir promettre monts et merveilles pour au final être déçus par leur premier envoi. 

Pour bien trouver ce qui nous rend particuliers, on peut : 

  • aller demander à nos abonnés actuels ce qu’ils préfèrent ; 
  • voir dans les retours de newsletter quels sont les commentaires ou les sections qui les engagent le plus ; 
  • faire le point sur notre newsletter actuelle et sa valeur ajoutée : en quoi est-elle différente de notre blog ? De notre site ? Que leur offrons-nous de différent ?  

D’ailleurs, donner une identité propre à notre newsletter peut vraiment la différencier auprès de nos lecteurs : nous avons notre Newsbetter, Spendesk a son Spenjournal, Intuiti a Decriipt… 

Pour un formulaire d’inscription engageant, donc, la première étape est de mettre en valeur cette promesse, cette valeur : rien de pire qu’un champ à remplir sans rien d’engageant pour l’appuyer ! 

Ici, Maxicoffee, solution café et boissons chaudes pour professionnels, présente bien sa newsletter et leur promesse : des offres exclusives, des promotions, et beaucoup d’humain avec la mention des prénoms (un petit plus qu’on adore). 

fenêtre pop-up d'une inscrit à une newsletter

2. Ne pas chercher à demander trop d’informations à nos visiteurs 

Pour nous assurer que ce moment de leur expérience soit la plus fluide, c’est simple : il faut demander le moins d’informations possible. Si comme nous chez Plezi vous utilisez des formulaires intelligents pour qualifier vos prospects petit à petit, la newsletter est un peu l’exception à la règle : à part l’adresse email, ça n’est pas le moment de demander plus. 

Il est tentant de profiter de cette porte d’entrée pour essayer de connaître nos lecteurs au mieux. Cependant, comme la newsletter fait souvent office de premier point de contact pour mieux connaître nos visiteurs, autant laisser la qualification à un processus plus doux et progressif avec du marketing automation. Si l’on essaye de le faire trop tôt, et particulièrement pour une newsletter, on risque juste de perdre des conversions par découragement.

3. Créer un bon call-to-action pour notre formulaire d’inscription newsletter 

On a tendance à l’oublier, mais le call to action (CTA) a un grand impact sur notre taux d’inscription. Pour générer des inscrits, il faut donc lui accorder une attention toute particulière. L’idée est de faire attention à : 

  • sa couleur et son graphisme pour qu’il soit bien visible et attrayant ; 
  • son texte, pour qu’il soit engageant et bien lisible pour les visiteurs. 

Pour ce CTA, on a deux solutions : rester sobre et simple avec un “je m’inscris”, ou miser sur quelque chose de plus engageant. Par exemple : “nous rejoindre”, si on a une grande communauté, ou bien “Tous nos bons plans”, si notre contenu s’y prête. Les possibilités sont infinies, mais le plus important est de bien tester différentes options en surveillant son taux de conversion ! 

On peut aussi ajouter une petite phrase avant le CTA pour proposer un contenu complémentaire type lead magnet, en “compensation” d’une inscription. Comme les boutiques en ligne qui proposent 10% de réduction pour toute inscription, pourquoi pas un guide ou kit gratuit, envoyé à tous nos nouveaux lecteurs ?

4. Mettre en avant sa newsletter sur son site (et rester pertinents)

Il n’y a pas photo, pour booster son taux d’inscription à la newsletter, il faut soigner sa promotion sur son site. Un seul petit formulaire sur la homepage ne suffira peut-être pas. Cependant, attention à ne pas tomber dans des travers intrusifs : le mieux est d’éviter les pop-ups intempestifs, par exemple, qui interrompent l’expérience de lecture. Le mieux : des appels du pied contextualisés et malins. Par exemple : 

  • sur un article de blog qui parle de contenu, une bannière “abonnez-vous pour recevoir nos prochains articles sur le content marketing” ; 
  • sur une page parlant de nos évènements, “Soyez les premiers informés de nos nouveaux webinars en vous abonnant…” 

L’essentiel : que cette proposition d’inscription ne sorte pas de nulle part. Plus on arrive à l’intégrer sur le parcours de nos clients, meilleur sera notre taux de conversion.

5. Promouvoir sa newsletter hors de son site 

Là aussi, pas de surprise : pour que l’on s’inscrive à notre newsletter, il faut savoir en parler. L’essentiel est de faire sa promotion là où se situe notre audience potentielle. Par exemple : 

  • sur les réseaux sociaux : donner envie avec un exemple de contenu exclusif de notre dernière newsletter envoyée ou lister le type de contenu que l‘on peut y retrouver ; 
  • dans les forums ou groupes de discussion, faire un lien vers un contenu pertinent en réponse à une question posée ; 
  • faire un post sur Linkedin  un peu avant un envoi de newsletter avec un aperçu du type de contenu et les thèmes abordés ; 
  • ajouter un lien à sa signature email et celle de ses collaborateurs ; 
  • dans ses emails, par exemple ceux qui font la promotion d’un nouveau livre blanc, en rajoutant un petit lien vers l’inscription ;
  • en se référençant dans des annuaires de newsletters comme DataNewsletters ou FrenchStack… 

L’essentiel d’une promotion est de rester humains. Il faut faire confiance à son contenu et en parler de façon organique : promis, le plus gros du travail sera déjà fait. 

Chez Plezi, avec notre outil de newsletter automatisée et personnalisable, on peut vraiment se consacrer à notre promotion. Elle va automatiquement chercher et mettre en page nos derniers articles de blog (selon nos critères) et nous fait gagner un temps fou, qui permet à notre équipe de créer des messages de promotion ou de mettre au point de nouvelles techniques vraiment engageantes. 

6. Rassurer et donner envie avec une preuve sociale

Si notre newsletter est déjà un peu établie, il se peut que l’on dispose déjà des chiffres dessus ou des rapports de performance. Nombre d’inscrits, retours clients… Ce sont d’excellents arguments pour convaincre de nouveaux inscrits. 

En fonction de notre format de promotion (bannière, landing page, email, encart…)  on peut, par exemple : 

  • intégrer une citation de nos lecteurs  ; 
  • écrire un petit texte engageant autour des performances actuelles de notre newsletter, comme “rejoignez 5000 professionnels de votre secteur” ou encore “la première newsletter dans X industrie”…

7. Faciliter les partages de la newsletter

Nos lecteurs peuvent être nos meilleurs promoteurs ! En leur donnant les moyens (et l’idée) de nous partager, nous pouvons décupler ainsi nos inscriptions. Un visiteur est d’autant plus prompt à s’inscrire si c’est un de ses pairs qui lui recommande : c’est un canal à ne pas négliger. 

Pour ceci, on peut : intégrer des CTA de partage via réseaux sociaux dans notre newsletter. Pour les réseaux sociaux classiques (Twitter, Instagram, Linkedin…) ce sont des liens plutôt simples à mettre en place, mais nous rajoutons également des liens de partage Whatsapp avec un générateur de liens et encourageons le partage par email via notre lien avec le générateur de lien “Mail to”

On peut aussi inciter nos lecteurs à participer au contenu, avec des questions ouvertes ou en leur proposant de répondre à un sondage (comme on le fait avec notre dernière newsletter !). C’est leur implication qui favorisera le bouche-à-oreilles. 

8. Promouvoir via la publicité

C’est la question à se poser si on envisage d’investir un peu de budget. Le payant ayant l’avantage d’être très précis de nos jours, ça peut être l’occasion de cibler une population particulière : 

  • avec la promotion publicitaire ciblée sur les réseaux sociaux (avec un bon paramétrage) ; 
  • avec l’utilisation de formulaires natifs sur les réseaux sociaux (un nouveau formulaire) pour collecter les emails des visiteurs sans qu’ils ne quittent leur plateforme. 

L’essentiel : bien travailler sa proposition de valeur pour des messages clairs et impactants.

9. Faire appel aux  influenceurs

Si on fait de la curation d’articles dans notre newsletter et que l’on souhaite intégrer des articles d’influenceurs ou blogueurs, il ne faut pas hésiter à envoyer un petit message privé aux intéressés puis à les mentionner sur les réseaux sociaux pour leur faire savoir ! La réception est souvent excellente et, en retour, ils partageront sans doute votre newsletter à leur communauté. C’est un échange de bons procédés qui fonctionne souvent très bien. 

On peut aussi inviter des influenceurs à co-créer du contenu avec nous, partager une ressource qui leur est chère, partager leurs conseils en mode mini-interview sur votre newsletter…  Par exemple dans sa newsletter In Bed With Tech, Marie Dollé mêle curation et analyse de contenus et de tendances, avec des interviews d’experts de temps en temps directement dans sa newsletter. 

 

Générer des inscriptions à sa newsletter est surtout une affaire de patience. Ne pas chercher à trop en demander trop tôt, continuer, sans s’arrêter, à en faire la promotion…Et se concentrer sur la qualité de ce qu’on y met ! La newsletter est un des meilleurs moyens pour garder le lien avec ses lecteurs, et quelques prospects engagés valent bien mieux que beaucoup d’inscrits peu qualitatifs qui n’évolueront pas dans le tunnel d’acquisition. 

Vous avez vu, on a tenu tout un article sur la newsletter sans vous proposer de vous inscrire à la nôtre… ça mérite que vous alliez y jeter un coup d’oeil, non ? 😉 Pour une sélection de nos meilleurs articles et les meilleures (ou pas) blagues de Lisa et Marie, l’inscription se passe par là ! 

Marie Nodet

Marie Nodet

Après avoir été pendant quelques années la community manager officielle de Plezi, Marie est maintenant content manager junior.