01. C’est quoi un call-to-action ?

Commençons par un petit rappel pour ceux qui ne seraient pas familiers avec la notion de call-to-action. Un call-to-action (CTA pour les intimes) est une formulation incitant le lecteur d’un contenu web à effectuer l’action souhaitée par l’auteur du message (souscrire à une offre, télécharger un contenu premium, prendre contact, …)

Pour être efficace, un call-to-action doit donc réunir plusieurs caractéristiques :
– Il doit être visible
– Il doit être compréhensible
– Il doit donner l’envie (d’avoir envie)

02. Le teaser

Revenons aux fondamentaux de l’inbound marketing. Qu’est-ce qu’un bon contenu ? Un bon contenu est un contenu qui favorise l’engagement et/ou la conversion. Il peut se décomposer de la façon suivante :

Un rappel de la problématique-client à laquelle le contenu entend répondre. En clair : « Vous voulez aller là » (objectif à atteindre). « Voilà ce qui vous bloque » (point de souffrance ou de frustration).
Une réponse argumentée à la problématique. «En tant qu’expert de notre domaine, nous vous donnons des éléments de réponse pour soulager votre point de souffrance. »
Une conclusion qui amène un call-to-action : « Vous ne voulez plus souffrir ? Cliquez sur ce beau bouton coloré et vous serez guéri. »

Le call-to-action est la concrétisation de votre stratégie de contenu. Il apparaît donc logique – et c’est aussi le plus courant – de le positionner à la fin d’un article. C’est particulièrement pertinent si l’article est relativement court.

exemple CTA

Pour un article long, je vous conseille d’ajouter un call-to-action intermédiaire dans le corps de l’article. C’est ce que fait très souvent l’influenceur marketing Neil Patel sur son site. En effet, cela offre une occasion de générer des leads avec des lecteurs qui n’auront même pas forcément pris la peine de lire votre contenu jusqu’à la fin. Malin, non ?

exemple CTA

Enfin, pour compléter votre panoplie et multiplier les opportunités de générer des leads, un call-to-action sur la barre latérale, à droite de votre article, est intéressant pour promouvoir un webinar ou un livre blanc, par exemple. J’ajouterai encore un exit pop-up, destinés aux lecteurs qui quittent le site. Quitte à ce qu’ils partent, pourquoi ne pas les inviter à s’inscrire à votre newsletter ?

03. Quel design pour votre CTA ?

Maintenant que vous savez où placer vos call-to-action, encore faut-il faire en sorte qu’ils soient immanquables pour vos lecteurs. SI vous permettez la comparaison – elle est de saison – vos call-to-action doivent être visibles comme le nez au milieu de la figure du petit renne au nez rouge.

Privilégiez un design qui tranche avec le corps de votre article, une couleur particulièrement remarquable, une taille suffisamment importante… pour qu’on ne puisse pas passer à côté. Quand vous voulez qu’on vous trouve dans une salle bondée, vous vous levez, vous agitez les bras et vous gesticulez. Appliquez la même logique à vos CTA. Après tout, vous n’écrivez pas pour la gloire mais pour générer des leads !

Pensez à l’A/B testing pour essayer plusieurs variations d’un call-to-action et conserver la plus efficace, celle qui convertit le mieux.

04. La capture de leads en parallèle

Quand vous créez un call-to-action, gardez à l’esprit que vous n’avez que quelques secondes pour convaincre un lecteur de cliquer et d’aller voir ce qui se cache derrière le rideau. Evitez les formules alambiquées. Pensez en termes d’efficacité et jouez sur des ressorts psychologiques basiques.

En voici une liste non exhaustive :
– L’urgence : si vous proposez une offre limitée dans le temps, insistez sur le degré d’urgence à la saisir. Exemples : « Plus que quelques heures pour vous inscrire à ce séminaire » ; « Demain, il sera trop tard ».
– L’effet de masse : amenez votre lecteur à se dire que, si tant d’autres ont réalisé l’action souhaitée, alors peut-être devrait-il lui aussi faire de même. Exemple : « Plus de 10 000 décideurs nous ont fait confiance. Et vous ? ».
– La gratification immédiate : promettez à votre interlocuteur une récompense immédiate s’il accomplit l’action attendue. Exemple : « Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez gratuitement notre guide… ».

Dans tous les cas, évitez les call-to-action à encéphalogramme plat du type « En savoir plus » ou « Cliquez ici ». Vous pouvez faire tellement mieux. Soyez créatif et audacieux. Faites comme si c’était votre seule chance de passer la nuit avec la personne que vous désirez le plus au monde.

Dernier conseil : votre call-to-action doit apparaître comme la conclusion logique de votre contenu. Cela nécessite donc de ne pas penser le contenu, puis le CTA de façon totalement déconnectée. Si vous voulez des call-to-action qui déchirent, vous devriez déjà savoir quel CTA vous allez intégrer à chaque contenu dès la mise en place de votre planning éditorial.

ous avez mis en place une stratégie de génération de leads ? Quels types de call-to-action utilisez-vous ? Quels sont les ressorts psychologiques qui génèrent les meilleurs taux de conversion ?

guide pour comprendre les solutions de marketing automation

Source : http://bit.ly/2iA9Iev