Vous êtes marketeur ? Rédacteur de contenu ? Administrateur d’un site web ? Si vous assurez la gestion d’un site web existant, le moyen le plus rapide d’améliorer ses performances est d’effectuer un audit du site, et ce, de manière régulière.

Voici le guide pour auditer votre site étape par étape, avec plein d’outils gratuits pour vous aider ! Vous disposerez ainsi d’une liste des points forts et des points faibles de votre site, ainsi vous pourrez prioriser les améliorations de votre site web. C’est parti mon audit !

  1. Pourquoi faire un audit de site web ?
  2. Quand faire un audit ?
  3. Faire un audit technique et SEO du site
  4. Faire un audit de l’expérience utilisateur
  5. Faire un audit de conversion du site

découvrez plezi one

 

Pourquoi faire un audit ?

Réaliser un audit pour votre site web, c’est un peu comme aller faire un check-up complet chez votre médecin généraliste pour vous !

Prendre le temps d’analyser son site (et celui de ses concurrents) est important pour juger de son site sous plusieurs angles :

  • Performance technique ;
  • Performance SEO ;
  • Expérience utilisateur ;
  • Conversions.

Cela vous permettra de voir ce qui ne va pas et de chercher des solutions.

De plus, étant donné que les projets liés aux sites internet (une refonte, par exemple) peuvent prendre du temps et de l’argent, la meilleure façon de convaincre votre direction de donner la priorité au projet est de réaliser un audit et une analyse approfondis !

Quand faire un audit ?

De manière générale, on fait un audit dès qu’on détecte une anomalie telle que la chute du trafic SEO ou la baisse du taux de conversion pour comprendre tout de suite d’où vient le problème et le résoudre au plus vite !

Mais on n’en est pas dispensé quand tout va bien, au contraire : il est recommandé d’en faire un régulièrement, du moins le technique, qui s’impose au moins tous les trimestres. Les audits SEO, UX et conversion sont à considérer au minimum une fois par semestre.

 

1. Faire un audit technique et SEO du site

Que regarder pendant un audit technique ?

Technique et référencement des pages web

Technique et SEO sont étroitement liés. Si un site est lent ou truffé de pages 404, celui-ci sera pénalisé par les moteurs de recherche.

Eh oui, la vitesse et les performances des sites web sont très importantes pour les utilisateurs. Par exemple, en combien de temps se charge votre site internet ? 1 seconde, 5 secondes, 10 secondes ? Les internautes n’attendent pas, et vous perdrez non seulement des utilisateurs mais aussi des clients potentiels. Cette perte de trafic est regrettable quand on s’est donné du mal pour attirer le lecteur grâce au marketing du contenu ou à de la publicité payante !

Le moteur de recherche Google tient compte de la vitesse de chargement du site web dans ses résultats de recherche, ce qui a un impact certain sur le référencement. Comprenez donc l’importance de la performance technique du site web. Chaque milliseconde compte !

Référencement des contenus

Travaillant dans un contexte B2B, vous avez peut-être un blog ? Aussi doit-il contenir des articles, des vidéos, des images, des infographies, etc.

Une partie d’optimisation pour les moteurs de recherche rend votre contenu visible à un public plus large. Sans termes spécifiques, il existe de nombreuses opérations techniques que vous pouvez effectuer pour que votre contenu soit trouvé par un nombre croissant de personnes. On vous donne nos astuces pour écrire un article de blog bien référencé dans cet article.

3 étapes pour réaliser un audit technique du site

1/ Utiliser un outil d’audit

On vous voit venir : votre site web comporte probablement des dizaines et des centaines de pages web, et les vérifier toutes en même temps prendrait un temps fou. Rien n’est plus vrai ! L’audit d’un site internet est un processus long qui implique le grattage de toutes ces pages web à la recherche d’opportunités manquées dans le but d’améliorer la performance du site.

Fort heureusement, des outils existent et nous évitent de devoir procéder à des vérifications manuelles des performances d’optimisation du site, de la vitesse de chargement, du taux de conversion et du caractère réactif ou non du site, entre autres aspects.

Voici une liste non exhaustive d’outils gratuits que nous vous recommandons :

  • Google Pagespeed Insight, pour analyser la vitesse de chargement de site et tirer des conseils pour l’améliorer.
  • Website “Authority” Checker, pour calculer l’autorité de votre site – soit la force de votre domaine perçue par les moteurs de recherche. Plus le score est élevé, mieux c’est !
  • Screaming Frog SEO Spider, pour faire un crawl complet du site et repérer les erreurs techniques (liens cassés, boucles de redirections, etc.). Si cela vous intéresse, on en parle plus en détail dans cet article.

2/ Identifier et réparer les erreurs techniques

Certaines erreurs sont minimes, mais d’autres pénalisent fortement votre site. Voici une checklist de choses à mettre en place urgemment :

  • Vérifier la vitesse de chargement du site (pages web) ;
  • Vérifier la vitesse de chargement des images ;
  • Supprimer les images trop larges ou cassées ;
  • Détecter les pages 404 ;
  • Détecter les pages orphelines ;
  • Vérifier les boucles de redirection ;
  • Supprimer les contenus dupliqués ;
  • Vérifier la “responsiveness” de votre site (le fait qu’il soit adapté au desktop, tablette, smartphone).

3/ Identifier et réparer les erreurs SEO

Certaines erreurs ne nuisent pas à votre site techniquement mais présentent un manque à gagner auprès des moteurs de recherche. On cherchera donc à y remédier.

  • Mettre les balises de contenu appropriées : balises de titre, balises de description, balises d’image, balises méta ;
  • Supprimer les liens vers des pages 404 ;
  • Éliminer les liens brisés ;
  • Optimiser les URL ;
  • Utiliser des mots-clés et leurs synonymes dans les titres, dans le texte lui-même ;
  • Créer des liens vers d’autres sites web, éventuellement qui font eux aussi référence au vôtre ;
  • Utiliser des liens internes vers d’autres pages de votre site ;
  • Mettre en place un outil de suivi correct pour suivre ce qui se passe avec votre site web : mots-clés, trafic, pages d’entrée, pages de sortie, etc.

Mais attention ! Ne vous laissez pas tromper par Google : l’audit de site web ne concerne pas seulement le référencement. Il porte aussi sur le design et l’UX (expérience utilisateur), et le processus de génération de leads sur votre site internet.

2. Faire un audit de l’expérience utilisateur

Analyser le comportement de vos utilisateurs

Comprenez que la conception de votre site web accueille vos utilisateurs et les incite soit à s’échapper, soit à rester et à faire ce qu’ils sont venus chercher sur votre site.

On sait aujourd’hui qu’il faut moins d’une seconde au cerveau humain pour juger de l’attractivité d’un site web : les sites web très complexes sont donc forcément moins attrayants. Mais qu’est-ce que tout cela a à voir avec le bon fonctionnement ?

Si des milliers d’utilisateurs parcourent chaque jour votre site web à la recherche du bon produit ou service puis abandonnent le panier au dernier moment, vous allez commencer à vous demander pourquoi. Y a-t-il quelque chose qui manque ou qui n’est pas clair ?

Pour connaître la réponse, rien de mieux que de laisser parler vos utilisateurs ! Pour cela, on vous recommande un outil gratuit : Microsoft Clarity. Celui-ci permet une analyse de la navigation des internautes tout en respectant la vie privée et les réglementations européennes en étant conforme au RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données).

Il s’avère utile pour obtenir une carte thermique de la navigation sur votre site et identifier des potentielles frustrations des navigateurs (dead clicks, rage clicks, quick backs). C’est particulièrement intéressant pour suivre l’ergonomie de votre site.

audit site web ergonomiePasser en revue le design du site

  • Restructurer les pages : en-têtes, titres (H1-H6), pieds de page, contenu ;
  • Revoir la densité du contenu : titres, images aidant à comprendre le contenu), espaces blancs ;
  • Conduire le visiteur vers les liens et boutons CTA ;
  • Placer le CTA dans le premiers ⅓ de l’écran de l’utilisateur ;
  • Aligner le design du site web sur la marque de l’entreprise ;
  • Vérifier la responsiveness sur tous les appareils : ordinateur de bureau, mobile, tablette ;
  • Vérifier tous les éléments visuels de votre conception : logo, favicons, typographie, couleurs utilisées ;
  • Vérifier que les visuels sont à jour. Dans le secteur du SaaS notamment, ce doit être un gros point de vigilance, car on veut montrer un logiciel à jour.

Bref, la question c’est : mon site est-il toujours au goût du jour ? Est-il bien pensé pour guider le navigateur comme il faut… vers la conversion ?

3. Faire un audit de conversion du site

La réalisation d’un audit de conversion complet est une étape essentielle. Il s’inscrit naturellement dans la continuité de l’audit de l’expérience utilisateur et vise à se demander si votre site est optimisé pour les conversions.

Identifier les opportunités de conversion à saisir

Voici quelques questions à se poser :

  • Mon offre est-elle claire ?
  • Y a-t-il d’autres formulaires que celui pour vous contacter ? (formulaires de demande de démo, de téléchargement de contenus, etc.)
  • Proposons-nous du contenu pour tous nos personas ?
  • Qu’en est-il des landing pages ? Sont-elles optimisées ?
  • Existe-t-il des opportunités de conversion pour les visiteurs à différents stades du cycle d’achat ? Exemple : newsletter pour découverte, guide pour évaluation, cas client pour achat ;
  • Est-ce que j’utilise efficacement les CTA ? Est-ce que je rate des occasions d’inclure des appels à l’action sur différentes pages de mon site web ?

Identifier et réparer les erreurs de CTA

  • Concevoir un bloc d’appel à l’action (CTA) clair ;
  • Éviter de mettre plus de 3 appels à l’action ;
  • Rendre les CTA visibles et accessibles aux utilisateurs : par exemple, ne cachez pas un CTA dans le pied de page si les visiteurs de votre site n’ont pas tendance à faire défiler toute la page ;
  • Si un visiteur du site change d’avis et laisse un CTA particulier inachevé (par exemple, un formulaire de contact non soumis), il faut lui donner une autre occasion de le faire ! Vous pouvez lui proposer une consultation gratuite, du contenu (articles de blog, webinar, etc.) ou demander la raison de son départ.

Mettre en place un outil de génération de leads

On ne peut que vous orienter vers notre outil gratuit pour améliorer les conversions de votre site, comme Plezi One. C’est l’outil idéal si vous vous lancez en marketing digital et souhaitez faire vos premiers pas vers l’optimisation du taux de conversion. Il vous permettra de créer des formulaires, générer vos premiers prospects, et suivre leur comportement en ligne, le tout de manière autonome !

Historique et suivi des leads dans Plezi OneOn sait ce que vous vous dites : c’est une tâche fastidieuse et potentiellement longue à effectuer. Mais que voulez-vous, un véritable audit de site internet vaut bien le temps et l’investissement !

Il permet de découvrir des points de friction sur votre site web que vous n’auriez jamais pu comprendre autrement, et constitue la première étape d’un processus plus large d’optimisation du taux de conversion. À vous de jouer maintenant !

CTA permettant de s'inscrire à Plezi One

Paul-Louis Valat